Usine de coton de kankan : les employés en colère contre leurs responsables

Rien ne va plus entre les employés de la filière cotonnière de Kankan et leurs responsables. Le chef du projet coton et son adjoint, ont été forcés au départ par l’ensemble  du collectif des travailleurs, qui les reprochent d’une mauvaise gestion et d’être à l’origine de la crise qui mine actuellement l’usine de traitement de la fibre située au quartier Kankan-Koura dans la commune urbaine de Kankan.

Mais depuis lors, ces deux directeurs  n’ont pas été remplacés par les autorités du département de tutelle. Chose qui entraîne aujourd’hui le ralentissement des activités de l’usine, et un nombre important de lots de balles est stocké à la merci des intempéries de la nature dans  l’enceinte même de l’usine.

Au total, 4000 balles, soit 868 tonnes, restent exposer dans la cour pour faute des moyens logistiques pouvant les acheminer sur le port de Conakry. Soit  pour une valeur de plus de 12 milliards de francs guinéens.

Kaba Camara, secrétaire général du syndicat, a estimé que cette quantité de balles est à ce jour irrécupérable.

« Si on pense à reconditionner tout ce stock-là, cela prendra quatre mois, parce qu’il faut déballer chaque balle, les trier et les récupérer, donc par estimation, on peut avoir 20% dans chaque balle, et pour les reconditionner, il faut payer la main d’œuvre, il faut penser au coût du gasoil, on n’a un groupe qui consomme 160 mille litres par heure. Donc, on n’acceptera pas de faire passer ces balles débouclées pour détruire ces machines » a expliqué M. Camara.

Pour sa part, le responsable de la production agricole, qui garde encore en souvenir les pertes subies en 2013, parle des dispositions prises à l’interne pour éviter ce qui s’est passé au sein de cette usine.

 « En 2013, nous avons été confrontés à la même chose. Mais c’était le coton grain, on n’a perdu aussi des milliards on n’a voulu inviter la presse, mais la direction nous a empêché. Mais cette fois-ci ça dégénérer. Vous avez vu on n’a 4000 balles qui sont presque gâtées. Sans compter les balles qui sont recalées à Conakry, et à chaque fois au niveau du port, on nous retourne, parce que ce qui va en Europe est trié » a révélé Daouda Diallo.

Poursuivant, il affirme en outre que la production du coton pour les préfectures de Koundara, Gaoul et Mali, au compte de la campagne 2017-2018(estimée à 826 balles) est restée bloquer au Sénégal pour non-paiement des frais d’égrenage et des tarifs douaniers.

 Selon Adama Faro, chargé du service de formation à la direction de la production agricole, il y’a eu des détournements auparavant par  cette direction démissionnaire.

«Depuis l’arrivée de cette direction en 2011, on n’a pas pu évoluer. Finalement, il y a eu deux audites à la demande de la présidence de la république et le ministère de l’agriculture. Il a été révélé qu’il y a eu des milliards de détournement au sein du projet et aussi le mauvais traitement infligé aux travailleurs par la direction » a accusé Adama Faro.

Ainsi, si rien n’est fait, les 203 travailleurs permanents et les 150 saisonniers de cette usine pourront se voir en chômage. Mais également  plus de 10.000 paysans pourront être impacter négativement suite à l’arrêt de cette importante unité industrielle.

Malick Diakité

 

Publicité