Societe civile au bord d’une implosion : dr dansa kourouma dans un étau qui se referme.

Des leaders de la société civile font signer une pétition de invitant à la démission, sinon à la destitution,  du Bureau Exécutif National du CNOSCG (le conseil National des Organisations de la Société Civile de Guinée) dirigé par Dr Dansa Kourouma.  En effet, des manquements graves et plusieurs violations des textes juridiques en vigueur motivent cette pétition. Pour laver le linge sale en famille, le Conseil Régional de la Société Civile de la région de Faranah aurait convoqué une rencontre à l’intérieur du pays. L’exacerbation des contradictions, entre les 17 membres du Bureau Exécutif,  laisse entrevoir une rencontre de deux jours (4 et 5 décembre) sans lendemain.

Ces acteurs de la société civile regrettent que le Bureau Exécutif National (B.E.N) cautionne l’illégalité de ses démembrements ; car, leur mandat a expiré depuis plus de deux mois. Et jusque-là, aucun chronogramme de renouvellement n’est disponible. Pour Sékou Ahmadou Diakité coordinateur du RENASCED, membre de la société civile et initiateur de cette action :

« Des individus sont recrutés au Secrétariat Exécutif sans suivre la procédure en la matière et ceux-ci parlent au nom du Bureau Exécutif National. Ils vont jusqu’aux injures de certains membres du Bureau Exécutif National et mêmes certains membres du CNOSCG. Nous constatons que ce Bureau Exécutif National du CNOSCG ne travaille pas en équipe ; chacun évolue seul par mauvais coaching du bureau, contraire à nos statuts ».

Depuis plus d’un an, le CNOSCG est confronté à des difficultés de fonctionnement. Le 27 octobre 2016, M. Aboubacar Syllaprésident du CAM (Club des Amis du  Monde), a annoncé sa démission du Conseil National des Organisations de la Société Civile.  A l’époque, le secrétaire National Chargé des Questions de Jeunesse et d’emploi du CNOSC qualifiait d’opaque la gestion de cette institution :

« Depuis la démission de M. Aboubacar SYLLA, au poste du Secrétaire National chargé des questions de jeunesse, aucune disposition statutaire n’a été appliquée pour son remplacement. Seulement, le Président a copté quelqu’un pour le remplacer. Nous constatons que la quasi-totalité des décisions du Bureau Exécutif National  sont prises unilatéralement par le Président seul, sans aucune consultation préalable de ses membres» a déclaré Sékou Ahmed Diakité.

La création et la présentation, le mardi 14 novembre, d’une nouvelle plateforme  « La Maison des Associations et ONG de Guinée », en lieu et place du CNOSCG présidé par Dr Dansa Kourouma, ont été vécues avec stupeur.

C’est  cet esprit qui explique l’existence de la pétition invitant à la démission, pure et simple, du Bureau Exécutif National du CNOSCG  au risque de passer à la phase de destitution. Pour éviter ce risque d’implosion, les membres du Bureau Exécutif de la société civile de Faranah ont convoqué les huit (8) CROSC, à Dabola,   pour créer un dialogue d’apaisement. Cependant, malgré le  déplacement effectué par  Dansa Kourouma à Dabola, les membres du Bureau National ont brillé par leur absence.

Pour mémoire, le Bureau National du CNOSCG fut institué le 8 février 2013, à Kindia. Il était porteur d’espoir pour ce qui de la mise en place d’une cellule de veille sur la bonne gouvernance et  l’exercice normal des libertés démocratiques. Un espoir qui cède au désenchantement des citoyens guinéens.

 Par Mohamed Bah 

Publicité