Santé : le vih/sida en croissance dans la région de kankan (sources)

A l’image des autres préfectures de la Guinée, Kankan dispose d’un centre de traitement des infections à caractère pathologique et épidémiologique.  A ce jour, ce centre géré par une équipe de médecins spécialistes en maladies infectieuses et épidémiologiques s’active pour mieux prévenir et répondre aux éventuels cas d’épidémies dans la région de Kankan.

Selon un constat fourni par les responsables dudit centre, le VIH/SIDA est en croissance dans la région de Kankan.

Interrogé par nos soins, la chargée de prise en charge des personnes vivant avec le SIDA à l’hôpital régional de Kankan, docteur Mamy Sampou, a donné un chiffre alarmant sur le taux d’infection de cette maladie.

« Depuis l’ouverture de ce centre, nous sommes à 3.368 cas enregistrés. Mais ceux qui viennent régulièrement prendre les médicaments sont au nombre de 2.000. Parce qu’il  y a d’autres malades qu’on a transférés dans d’autres sites de traitement, il y a d’autres  qui sont décédés.  Il y a aussi ceux-là qui sont perdus de vue, c’est-à-dire qui abandonnent le traitement. Chaque année, le patient reçu s’accroît. Et la haute Guinée est à 14% du taux de prévalence » a-t-elle indiqué à l’entame de notre entretien.

Poursuivant, docteur Mamy Sampou a expliqué les symptômes du VIH/SIDA. Il s’agit entre autres de la diarrhée et la fièvre qui persiste ou l’apparition des boutons durs sur le corps.

« Il y’a également les portes d’entrée d’infections, les filles qui se voient avec les pertes blanchâtres qui les démangent, encore il faut être rassuré en se coiffant que l’aiguille ou la lame qu’on est en train d’utiliser chez toi n’a pas été utilisée ailleurs » cite-t-elle.

De son côté, Dr Sékou Condé, chef du centre de traitement épidémiologique (CTPI), parlant du mode de fonctionnement de ce centre, a indiqué que leur service ne s’occupe que des personnes atteintes par des maladies à potentiel épidémiologique comme le VIH/SIDA, la méningite, la fièvre jaune, le tétanos néonatal…

Parlant de la prise en charge des malades, docteur Sékou Condé confie que le gouvernement, à travers agence nationale de la sécurité sanitaire, a mis à leur disposition des médicaments à usage gratuit.

« Il y a des médicaments qu’on donne gratuitement aux malades d’épidémie suivi de leur dépistage » a confirmé Dr Sékou Condé, invitant à cette occasion les citoyens de Kankan à venir se faire dépister  dans ce centre pour connaître leurs statuts sérologiques.

Malick Diakité

Publicité