Politique : bicéphalisme au sein de l’upg, parti du feu jean marie doré

L ‘Union pour le Progrès de Guinée (UPG) est un parti créé depuis 1992 par feu Jean Marie Doré. En 2016, Maitre Alfred Mathos a été porté à la tête du parti pour un mandat de 4 ans. A la surprise générale, Jacques Bonemy se réclame depuis quelques semaines comme nouveau Président de l’UPG à la suite d’un congrès extraordinaire, créant ainsi un bicéphalisme au sein de ce parti.

Le 3 février 2019, le parti de l’Union pour le Progrès de Guinée a tenu un congrès extraordinaire qui a conduit à l’élection de Jacques Bonemy comme Président dudit parti.

Le Président sortant, Maitre Alfred Marthos à l’époque, en séjour en France n’a pas manqué d’exprimer son opposition à cette élection, qui selon lui, visait à faire les états généraux du parti et non à élire un nouveau Président.

De retour au pays, Me Alfred Mathos soutient qu’il demeure le Président de l’UPG tout en condamnant le congrès du  03 février dernier ayant porté Jacques Bonemy à la tête du parti.

« Il faut qu’on soit sérieux vis-à-vis de l’opinion nationale et internationale. Il y a eu de la confusion qui a marqué ce congrès »  précise-t-il.

Cependant, Maitre Mathos  promet d’utiliser tous les moyens légaux pour attaquer le camp de Jacques Bonemy qui, dit-il se  réclame d’une certaine légitimité.

« Nous avons la voix administrative qui est le MATD, nous avons la voix judiciaire et aussi la médiation » a indiqué Maitre Mathos, visiblement préoccupé par cette crise.  

Richard Guilavogui, membre du bureau national de l’UPG, exhortant Maitre Mathos de relancer le parti, a de son côté accusé certaines personnes de mauvaise foi d’être derrière cette crise.

« Depuis le temps de Jean Marie Doré, ils ne se sont jamais intéressés au parti. Ils ne font que pousser seulement leurs hommes quand il y a un intérêt. Ces gens sont entrain de diviser le parti sur la base ethnocentrique en disant que ce parti est un parti Mano ( un groupe ethnique qu’on retrouve en Guinée forestière (ndlr) » a-t-il accusé

Mata Malick Madou

Publicité