Mois de la femme : l’ancienne maire de kaloum à propos de la sous-représentativité de la femme guinéenne en politique  

En marge de la journée internationale de la femme, célébrée le 08 mars de chaque année à travers le monde, l’ancienne présidente de la délégation spéciale de Kaloum, Mme Bangoura Hadja Makhady Camara a donné son avis sur la sous-représentativité de la femme  guinéenne dans le milieu politique.

De son point de vue, la femme guinéenne devrait plutôt se battre pour obtenir sa réelle autonomie afin de se hisser au plus haut sommet, car, soutient-elle, les femmes contribuent à 80% pour l’élection d’un Président de la République.

« L’élection à 80%, c’est sont les femmes qui aident les chefs à être présidents, c’est sont les femmes qui aident les ministres à être ministres. Mais en réalité, une fois au sommeil, ils oublient qu’ils avaient déjà fondé avec d’autres » a estimé Mme Bangoura Hadja Makhady Camara.

Le plus important, selon l’ancienne maire de la commune de Kaloum, n’est pas seulement le fait d’être à la tête d’un parti politique, mais il faudrait que les femmes se battent pour le respect de leurs droits.

« Allez-y dans les assemblées générales des partis politiques, vous voyez des femmes qui sont toujours présentes, mais en faisant la liste, on dit toujours, si elle n’est pas enceinte, elle est nourrisse, elle vient de se marier, elle est vieille. Non, mettez leurs à la tâche et attendez le résultat » a-t-elle suggéré, invitant ainsi tous les acteurs sociaux et politiques de ‘’bannir l’ethnocentrisme, le racisme, le mariage précoce et les mutilations génitales au sein de la société guinéenne’’.

Barry Ibrahima

Publicité