Ministère de l’information et de la communication : zoom sur la lettre de mission ministre amara somparé

Nommé le 25 mai dernier Ministre de l’information et de la communication par le Chef de l’État, Amara Somparé vient de recevoir sa lettre de mission. Dans un courrier daté du 10 juillet 2018, le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana qui en est le signataire, précise les objectifs spécifiques et les actions prioritaires du département.

La politique générale du gouvernement déclarée à l’Assemblée nationale par le Chef du gouvernement, Ibrahima Kassory Fofana, s’appuie sur le Plan national de développement économique et social (PNDES 2016-2020). La lettre de mission assignée au ministre de l’information et de la communication ne s’y déroge pas. Dans cette logique, l’objectif global du département sera d’améliorer l’accès des populations à l’information et à la communication, indique le Premier ministre qui veut « des résultats tangibles à très court terme ».

Pour atteindre ces résultats, le ministère devra entre autres « revoir et adapter le statut de la RTG aux enjeux actuels ». D’une part, la radiodiffusion télévision guinéenne, en l’état actuel, est considérée par la majeure partie des populations, comme un outil de propagande au service du gouvernement. Même si aucune ligne éditoriale ne l’exige, l’accès équitable des différentes couches sociopolitiques n’est pas assuré, notamment des partis d’opposition. D’autre part, ce médium de service public rencontre d’énormes difficultés financières impactant négativement son fonctionnement. La RTG sera-t-elle érigée en Office totalement indépendant en matière de gestion et de fonctionnement ? Attendons de voir !

Le département s’attellera aussi à « renforcer la professionnalisation des médias publics et privés ». La presse nationale regorge de nombreuses compétences. Mais elle est de plus en plus envahie par des jeunes fraîchement sortis des écoles de journalisme ou non qui ont besoin de se qualifier. Le ministère de l’information et de la communication pourra jouer un grand rôle dans le renforcement des capacités des hommes de médias en tenant compte des mutations subies par la profession à cause de la révolution numérique.

« Améliorer les contenus des programmes des médias publics » est un autre chantier. Excepté le journal de 20 h 30 de la télévision nationale et le 19 h 45 de la radio nationale, la RTG a peu d’audience. En cause, la non-attractivité de ses programmes. La grille des programmes doit donc être révisée.

Tout en œuvrant à la restauration de l’image et de la crédibilité de l’État à travers son implication dans la lutte contre la corruption, les détournements des deniers publics, le ministère de l’information et de la communication est appelé par Ibrahima Kassory Fofana à prioriser entre autres, l’actualisation et l’harmonisation des textes législatifs et réglementaires régissant le secteur de la communication, le suivi du processus de la migration de l’analogique au numérique, la construction des infrastructures de diffusion nécessaires à la transition des médias de l’analogique au numérique, la rénovation de la RTG Boulbinet, la mise en place et l’opérationnalisation du cadre permanent de concertation de la presse publique et privée, la relance de l’Agence guinéenne de presse et le renforcement des capacités du quotidien national Horoya et sa numérisation.

Tenant à l’atteinte de ces différents objectifs, le Premier ministre Ibrahima Kassor Fofana informe le ministre de l’information et de la communication, Amara Somparé, qu’un suivi régulier et une évaluation semestrielle seront réalisés.

Kadiatou Kouboura BALDE

 

Publicité