Justice : le procès de boubacar diallo alias ‘’grenade’’ ouvert à conakry

Le procès du jeune militant de l’Union des forces démocratique de Guinée UFDG Boubacar Diallo alias ‘’Grenade’’ s’est ouvert ce lundi 11 février 2019 au tribunal de Première instance de Dixinn à Conakry.

Boubacar Diallo alias Grenade est poursuivi pour détention illégale et tentative de meurtre des gendarmes lors des manifestions politiques organisées par l’opposition guinéenne.

Arrêté depuis janvier 2018, Grenade était jusqu’ici gardé dans la prison civile de Kindia. Ces avocats affirment que son dossier a été monté de toute pièce.

«  Le représentant du ministère public n’a pu administrer aucune preuve qui puisse confondre l’accusé, cela veut dire qu’il a été tout ce temps illégalement et arbitrairement détenu et dans des conditions extrêmement graves. Nous avons compris dans ce dossier qu’il y’a eu des méthodes que nous pensions révolues à jamais qui refont surface. Il a expliqué comment il a été traité, torturé à la brigade de recherche de Kénien. On lui a même branché le courant électrique, donc nous, on pensait que la cabine technique avait disparu depuis la révolution » a dénoncé Maitre Alsény Aissata Diallo, avocat de la défense.

L’avocat soutient que son client a été accusé pour pouvoir atteindre des cadres du parti de l’Union des Forces démocratiques de Guinée.

« Voilà, on voulait passer par lui Mr Aboubacar Diallo dit Grenade pour atteindre d’autres personnalités, pour atteindre d’autres politiques, c’est extrêmement grave, mais puisque le crime n’est jamais parfait après avoir discuté de tous les faits, ils n’ont pu assoir aucun fait qu’on lui reproche » a ajouté l’avocat du prévenu.

L’accusé Aboubacar Diallo dit Grenade a affirmé à la barre en larme qu’il a été torturé en prison pour avouer des crimes qu’il n’a jamais commis et dénoncé  des leaders de son parti comme Oumane Gaoual et Halimatou Dalein Diallo, épouse du chef de file de l’opposition guinéenne.

« C’est un dossier politico-judiciaire qui a été monté dans le seul but de condamner un innocent, notre client a attrapé une grave maladie dans cette situation. La maladie qu’on appelle l’asthme, nous craignons même pour sa vie, il doit être libéré parce qu’il est innocent» soutient de son côté Maitre Salifou Béavogui, avocat de la défense.

L’affaire a été renvoyée pour demain mardi 12 février 2019 pour les réquisitions et les plaidoiries.

Nantady Camara

Publicité