Délestage à conakry : le secrétaire général du ministère de l’energie s’explique

Le courant électrique se fait actuellement de plus en plus rare dans les foyers à Conakry. Pour en savoir plus sur les causes de ce délestage, la rédaction de newsguinee.info a rencontré le secrétaire général du ministère de l’Energie et de l’hydraulique. Sékou Sanfina Diakité parle plutôt d’un changement de période.

« Nous sommes en période d’étiage. Personne ne dit à quelqu’un qu’est-ce que l’étiage » entame-t-il, rappelant au passage que ‘’pendant la saison pluvieuse, le courant électrique faisait 24h/24 dans les foyers sans la moindre interruption’’.

Poursuivant, le secrétaire général a insisté sur le fait qu’il n’y ait pas de l’eau au niveau du barrage. Selon lui, l’énergie dont dispose la Guinée est 70℅ hydroélectricité et 30% thermique.

« Qu’est-ce qui se passe? En hydroélectricité, on accumule l’eau de la saison des pluies et on restitue en saison sèche. Maintenant tous les équipement sont en bon état et fonctionnent correctement. Aujourd’hui, nous sommes en période d’étiage. Il faut gérer la quantité d’eau que Dieu nous donne » a-t-il expliqué.

Plus loin, Sékou Sanfina Diakité avant de fonder son espoir sur Souapiti pour combler le vide, a invité tout le monde à une gestion rigoureuse de l’électricité.

« Autant pour nous qui sommes dans les installations électriques que pour madame qui est là-bas-là qui n’éteint pas sa lampe. Que monsieur le boutiquier qui va à la maison qui vient à 10h qui n’éteint pas ses lampes. Je suis sûr grâce à Dieu avec l’arrivée de Souapiti tout là ça va disparaitre  dans un ou deux ans » a souligné le secrétaire général du ministère de l’Energie, faisant savoir qu’à ce jour l’EDG assure le minimum en termes de desserte en courant électrique dans la plupart des quartiers.

« Il y ‘a des quartiers qui connaissent des coupures de 2 heures, 3 heures, 4 heures. Ce n’est pas tout le monde à la fois. Toutes les centrales thermiques sont opérationnelles. Garafiri a sa puissance, Donkèya  a sa puissance, Baneya a sa puissance, grande chute a sa puissance, Kaléta sa puissance. Donc, il faut que les  clients apprennent à gérer leur consommation » a conclu Sékou Sanfina Diakité.

Mata Malick Madou

Publicité