Budget : fin des travaux de renforcement des capacités techniques de la société civile

L’atelier portant sur le renforcement des capacités techniques des organisations de la société civile sur le processus d’élaboration et de documentation budgétaire a été clôturé ce Mercredi 06 mars 2019 à Conakry, en présence du Premier Ministre, Ibrahima Kassory Fofana.

Cette cérémonie de trois jours a mobilisé une vingtaine des membres de la société civile venus de la Guinée, du Benin et de la Centrafrique. C’est une initiative du ministère du budget en collaboration avec l’Initiative africaine concertée sur les reformes budgétaires (CABRI)

Dans son intervention, le responsable du programme, transparence budgétaire et obligation de rendre compte, a fait savoir qu’il existe des organisations de la société civile qui connaissent bien leur rôle en Guinée, mais connaitre leur contenu budgétaire, citant notamment le secteur de l’éducation.

 « Donc, il y  a des expertises dans ce domaine mais, il manque l’expertise de finance publique. Ce qu’on a fait aujourd’hui, c’est qu’on ne doit pas être un économiste pour faire des analyses budgétaires. On est seulement intéressé d’améliorer la qualité de vie de la population guinéenne », a déclaré Michael Castro.

Poursuivant son intervention, Michael Castro a formulé des recommandations à l’endroit du gouvernement guinéen pour l’amélioration du guide citoyen dans le domaine des finances.

 « Le gouvernement guinéen doit travailler ensemble avec la société civile pour améliorer le guide citoyen parce que, c’est une version plus amiable de la loi des finances parce qu’on sait que la loi des finances et autres documentations budgétaires sont assez techniques avec un guide citoyen peut être de 30 pages, il peut améliorer l’accessibilité des informations budgétaires.  Donc il va travailler ensemble avec la société civile pour améliorer ces guides citoyens » a-t-il ajouté.

Cette rencontre a été une occasion pour les participants d’échanger sur les expériences vécues dans leurs pays respectifs. Ainsi, une participante venue du Bénin a donné son avis sur les méthodes à utiliser pour y aboutir à de meilleurs résultats.

« Pour y arriver, c’est de faire les réformes institutionnelles, il faut prendre des lois. La République de Guinée est très avancée, vous avez aujourd’hui la Cour des comptes, ce n’est pas comme ça dans toute la sous-région. Vous faites partie des pays rares. Donc, le gouvernement vient d’afficher sa volonté à avancer dans ce domaine-là.  Donc, il faut des reformes quand même institutionnelles au niveau de chaque partie. Quand c’est la loi qui prévoit une action pour l’accomplir, c’est  très facile. Donc, les quelques lois qui restent à prendre, nous comptons sur le gouvernement pour les prendre et mieux avancer »a indiqué Mme Miry Kodjovic

De son côté, le 1er ministre guinéen a d’abord félicité le département du budget avant de dire que la société civile sera impliquée dans la conception des stratégies et la mise en œuvre des politiques publiques visant à optimiser les finances publiques.

1er ministre guinéen, Kassory Fofana

« La société est le meilleur relai auprès des populations pour  informer, motiver  et susciter  l’adhésion populaire aux réformes. Un tel partenariat est particulièrement important dans le contexte de nos pays (…..) Car, les bandits à col blanc, suffisamment organisés  pour freiner les différentes initiatives de reformes, ne dorment pas » a déclaré Ibrahima Kassory Fofana.

BARRY Ibrahima

Publicité