Agriculture : une stratégie de développement de la filière riz en révision à conakry

La stratégie de développement de la riziculture est en débat entre les cadres du ministère de l’agriculture et acteurs de la filière. Ce lundi 04 Février 2019 à Conakry, ils ont penché sur le contenu du document afin de l’adapter aux nouvelles réalités.

L’ancien document sur la stratégie de développement de la riziculture date de 2008. Une décennie après, la nécessite de réunir une vingtaine de cadres du ministère de l’agriculture et les autres acteurs de la filière s’avère importante  pour réviser ce document.

Selon Ibrahima Kalil Sacko, cadre du ministère de l’agriculture, le contenu de la stratégie est tout ce qu’il faut à la Guinée pour pouvoir arriver à l’autosuffisance en termes de riz.

« Ça comprend tous les éléments en ce qui concerne la production des semences, les variétés de semences qu’il faut, les superficies à aménager et quelle quantité de superficie, il faut mettre en valeur pour que nous puissions atteindre l’objectif assigné à la stratégie » a-t-il expliqué

Sur le marché guinéen, dans les foyers, c’est le riz importé qui est prisé au détriment de la production locale. Celle-ci ne résiste pas tout de même à la concurrence. Un aspect que les spécialistes de l’agriculture vont tenter de résoudre.

« L’approche que nous allons développer est appelé l’approche ”RIC” parce que nous sommes dans le riz. R : c’est la résilience. Faire de sorte que le système de production soit résiliant par rapport aux facteurs externes (changement climatique…). Le  I: c’est l’industrialisation. Toute la quantité de riz qui sera produite ici en Guinée doit être transformée ici. Le C: c’est la compétitivité. Faisons-en sorte que le riz guinéen soit compétitif sur le marché international » a tenu à préciser Ibrahima Sall, consultant régional de la coalition africaine de développement de la riziculture.

Les participants feront à la fin de cette rencontre des recommandations pour l’amélioration de la production du riz. La Guinée pourrait atteindre l’autosuffisance alimentaire si les propositions faites sont prises en compte.

Mata Malick Madou

Publicité